• Eddy's track #03 - The Magnetic Fields

    "A pretty girl is like a violent crime
    If you do it wrong you could do time
    But if you do it right it is sublime
    (...)
    A melody is like a pretty girl
    Who cares if it's the dumbest in the world
    It's all about the way that it unfurls"


    Je vais faire un truc que je détesterais probablement lire. Et je vais m'arracher les cheveux à le faire. Vous allez voir.

    Laissez-moi vous parler du sixième album des Magnetic Fields. Et quel album, nom d'une Chouffe au fût, un triple cd (sextuple 10") sorti sur l'excellent label indie Merge Records, 69 Love Songs.
    Le concept de l'album est assez simple, Stephin Merritt a voulu écrire 69 (il avait prévu d'en faire 100 mais il en a été dissuadé à cause du nombre de disques et puis 69, ça sonne mieux et ça fait 23 chansons par cd) chansons d'amour dans 69 genres musicaux différents. Je préviens tout de suite qu'il n'y a pas vraiment 69 genres musicaux sur l'album mais bien une vraie diversité dans les chansons, les arrangements, les instruments et même les chanteurs (Stephin Merritt bien sûr mais aussi LD Beghtol, Shirley Simms, Claudia Gonson et Dudley Klute).

    Mais commençons par le commencement, j'ai découvert The Magnetic Fields parce que je me suis forcé. Eh oui. Je connaissais de nom - comme je vous l'ai dit ils étaient chez Merge, label qui regroupe les merveilleux Neutral Milk Hotel (dont je vous parlerai certainement), The Essex Green (dont je vous parlerai probablement, un live track peut-être), The Ladybug Transistor, The Music Tapes, Superchunk. Et même Arcade Fire mais ça je m'en fous. (Et si Charlie passe par là, il y a aussi She & Him avec la délicieuse Zooey.)
    Et j'ai particulièrement apprécié les reprises de deux chansons tirées de 69 Love Songs qu'en ont fait Bright Eyes et Jens Lekman sur une compilation sortie à l'occasion des 20 ans de Merge. Bright Eyes y reprend la chanson que tu écoutes en ce moment, Papa was a rodeo (moins bien que l'originale mais ça je ne m'en suis rendu compte qu'après plusieurs écoutes de cette originale, qui est une putain de chanson comme tu peux le constater). Jens Lekman (et Tracey Thorn, la chanteuse de Everything but the girl) reprennent Yeah! Oh, yeah!, un sommet de cynisme.

    Donc je me suis forcé. Pourquoi me demanderas-tu? Je sais pas, je sais plus, j'étais là, j'écoutais de la musique pop indie sans rien demander à personne et je me suis dit pourquoi pas finalement écouter cet album culte. Ça ne m'arrive jamais ça en plus, être poussé par la prétendue cultissimité (cultitude? culticisme?) d'un album ou d'un groupe. Bref j'écoute. Mais bon, faut vraiment le vouloir hein, se farcir 69 chansons, pas toujours faciles d'accès, une voix (celle de Stephin) particulièrement grave, un thème général qui peut rebuter (pas moi, j'ai rien contre quand c'est bien fait*). Je ne me souviens plus vraiment des premières écoutes, toujours est-il que j'ai adoré cet album et quasi immédiatement considéré Stephin Merritt comme l'un des plus grands songwriters actuels (mais je n'oublie pas Jean-Jacques).

    Donc je vais parler de 69 Love Songs. Mais comment? C'est là qu'intervient ma première phrase, je vais faire un truc chiantissimement prétentieux: 69 chansons, 69 mots pour les décrire (ou ne pas les décrire), pour donner envie (ou dégoûter), un mot par chanson (ou parfois plusieurs, les règles vous savez...). Mot qui décrira la musique ou les paroles, une émotion ou une absence d'émotion. Je ne vous l'ai pas dit mais le monsieur Merritt se distingue dans ses textes par une absence totale de sincérité, une ironie, un humour noir qui font un bien fou. Ce qui n'empêche nullement de prendre les chansons au premier degré si le coeur vous en dit. Et de déprimer après 9 fois sur 10, j'ai compté.

    Bon, sur ce, je vous invite à passer directement à la fin de ce billet si cet exercice de style vous emmerde autant que moi. Toutefois, je vous offre ce deuxième extrait de l'album si vous voulez un bon truc pour faire passer la pilule indigeste qui suit. (Et en plus d'être indigeste, je ne parviens toujours pas à en cerner l'utilité...)

    Vol. 1
    1. Absolutely Cuckoo - Singalong
    2. I Don't Believe in the Sun - Calimero
    3. All My Little Words - Unboyfriendable
    4. A Chicken with Its Head Cut Off - Indifférence
    5. Reno Dakota - Rimes
    6. I Don't Want to Get Over You - Obstination
    7. Come Back from San Francisco - Hmmmhmmmhmmm
    8. The Luckiest Guy on the Lower East Side - Aaaaaaaaaaadolescence
    9. Let's Pretend We're Bunny Rabbits - Jouissance
    10. The Cactus Where Your Heart Should Be - Rien
    11. I Think I Need a New Heart - Insensibilité
    12. The Book of Love - Eternité
    13. Fido, Your Leash is Too Long - Synthétiseurs
    14. How Fucking Romantic - A cappella
    15. The One You Really Love - Houhou
    16. Punk Love - Punk?
    17. Parades Go By - Désillusion
    18. Boa Constrictor - Désespoir
    19. A Pretty Girl is Like... - Sagesse
    20. My Sentimental Melody - Pleurnicheries
    21. Nothing Matters When We're Dancing - Choeurs
    22. Sweet-Lovin' Man - Conte de fée
    23. The Things We Did and Didn't Do - Regrets

     Vol. 2
    1. Roses - Court
    2. Love is Like Jazz - Ennui
    3. When My Boy Walks Down the Street - Aveuglement
    4. Time Enough for Rocking When We're Old - Carpe diem
    5. Very Funny - Cocu
    6. Grand Canyon  - Espoir
    7. No One Will Ever Love You - Hypocrisie
    8. If You Don't Cry - Misanthropie (papapaa)
    9. You're My Only Home - "Ne me quitte pas"
    10. (Crazy for You But) Not That Crazy - Dévotion
    11. My Only Friend - Beauté
    12. Promises of Eternity - Boule-à-facettes
    13. World Love - "Love, music, wine and revolution"
    14. Washington, D.C. - Cheerleader
    15. Long-Forgotten Fairytale - Sadisme
    16. Kiss Me Like You Mean It - Gospel
    17. Papa Was a Rodeo - Sobriété
    18. Epitaph for My Heart - Mélancolie
    19. Asleep and Dreaming - Accordéon
    20. The Sun Goes Down and the World Goes Dancing - "I don't know why but I just feel like dancing"
    21. The Way You Say Good-Night - Violoncelle
    22. Abigail, Belle of Kilronan - Mâchicoulis
    23. I Shatter - Gravité

    Vol. 3
    1. Underwear - Minimalisme
    2. It's a Crime - Reggae
    3. Busby Berkeley Dreams - Nostalgie
    4. I'm Sorry I Love You - Jardinage
    5. Acoustic Guitar - Arpège
    6. The Death of Ferdinand de Saussure - Clairvoyance
    7. Love in the Shadows - Bongos
    8. Bitter Tears - Drame
    9. Wi' Nae Wee Bairn Ye'll Me Beget - Répartie
    10. Yeah! Oh, Yeah!  - Cynisme
    11. Experimental Music Love - Echo
    12. Meaningless - Adverbes
    13. Love is Like a Bottle of Gin - Définition
    14. Queen of the Savages - Anthropophagie
    15. Blue You - Moiteur
    16. I Can't Touch You Anymore - Prétentieux
    17. Two Kinds of People - Romantique
    18. How to Say Goodbye - Pandan-lagl
    19. The Night You Can't Remember - Gueule de bois
    20. For We Are the King of the Boudoir - Baroque
    21. Strange Eyes - Charabia
    22. Xylophone Track - Testament
    23. Zebra - Désinvolture

     Je vous l'avais dit. En plus c'était vraiment long et chiant à faire.

    Encore quelques mots.
    J'ai eu la chance de voir The Magnetic Fields à Amsterdam l'année dernière (chance car Stephin Merritt déteste tourner et certainement encore plus tourner en Europe). C'était dans une église (désacralisée, je rassure les bouffeurs de curés), une acoustique épatante, un groupe statique à souhait (on était assis, quel bonheur et eux aussi), des dialogues mordants, des interprétations parfaites, bref un concert mémorable. Pour (presque) finir, voici un extrait live d'une de leurs plus belles chansons que j'aurais pu mettre en musique d'intro, mais non, je vous la mets ici, All my little words:

     

    Et ce qu'il y a de bien avec les Magnetic Fields c'est que tout est bon. De leurs premiers albums synth pop à leurs derniers, la trilogie "garantie sans synthétiseur": i, Distortion, Realism. Donc n'hésitez pas à vous y plonger tout entier.



    Soundtrack of your life

     

     

    La semaine passée, Jean-Jacques Goldman.

     

    * Elle est d'ailleurs de Pierre Bachelet, Madame de Claude Barzotti, Le coup de soleil de Richard Cocciante...

    « Live track #103 - Shellac - Marseille (24/05/2011)Charlie's track #01 - My Sweet Lord »

  • Commentaires

    1
    gastfrench
    Mardi 7 Juin 2011 à 15:08

    Marrant comme exercice, mais je n'en ai retenu qu'une seule chose, c'est qu'on pouvait penser à un mâchicoulis en écoutant une chanson !

    Alors là je suis soufflé.

    Du coup ça me fait penser que quand j'écoute : "elle a fait un bébé toute seule", je pense moi même à une bonne grosse pierre (le rapport avec le mâchicoulis) autour de laquelle je glisserais bien une corde pour me jeter dans la première rivière venue.

    Bon allez, promis, si tu ne parles plus de JJ, j'arrêtes moi aussi.

    Tiens au fait je vous proposerais bien un petit jeu.

    Composer le meilleur groupe selon vous en mixant les musicos que vous souhaitez

    -un chanteur (euse)

    -un lead guitar

    - un bassiste (le plus dur à mon sens)

    - un batteur.

    je ne mettrai pas de clavier parce que ça me fait chier mais vous avez le droit.

    Celui qui trouvera tout comme moi aura de toutes façons entièrement raison et sera proche de se fondre dans l'univers tout entier.

     

     

    2
    gastfrench
    Mardi 7 Juin 2011 à 15:13

    Ah ouais, j'oubliais, le premier qui cite Phil Collins que se soit en chanteur ou en batteur fera l'objet de mon eternel mépris, ça vaut aussi pour tout ce qui touche de près ou de loin à Queen( sauf Bryan May )et Dire Straits ! Non mais !

    3
    Mardi 7 Juin 2011 à 19:32

    Moi j'ai déjà le batteur et le bassiste (quoique j'hésite entre 2...).

    Le gratteux j'ai une petite idée, et pour le chant, je sais pas du tout.

    Dès que j'ai le line-up complet je poste ça !

    4
    Mardi 7 Juin 2011 à 20:09

    Bon sinon je ne connaissais pas The Magnetic Fields, et "Papa was a Rodeo" est une vraie belle chanson !

    Par contre j'accroche moins aux 2 autres morceaux que tu as postés, Eddy.

     

    Mais j'ai lu tous les mots, et mon préféré est indubitablement "mâchicoulis", qui est vraiment un chouette mot !

    Et merci d'avoir publié un billet, parce que je suis bien à la bourre pour le mien, qui aurait dû paraître dimanche.

    Oui, le jour du seigneur. Même pas peur.

    5
    Eddy Cordy
    Mardi 7 Juin 2011 à 23:30

    Merci d'avoir lu. Je me doutais bien que ce serait pas ta tasse de thé. Tu me sembles quand même un peu plus rock que ça.

    Et oui, mâchicoulis est un mot parfait.

    6
    gastfrench
    Mercredi 8 Juin 2011 à 11:05

    allez juste pour rire je me lance

    Bassiste : John Entwhistle (who), Simon Gallup parce que quand même et Paul Mc Cartney.

    Batteur : Phil Collins, bon ok je déconne, Jimmy Chamberlin des Smashing pumpkins ou Kiffe la lune encore les Who.

    lead guitar : Comment passer à coté d'Hendrix ? mais bon c'est pas un vrai groupe alors je sais pas, je dirais Gilmour.

    Chanteur maintenant alors là ... Bertrand Cantat, David Bowie et Mike Jagger pour se limiter à trois parce que c'est  encore plus subjectif les chanteurs.

    A vous .

    7
    Eddy Cordy
    Mercredi 8 Juin 2011 à 12:27

    Vu qu'il m'est impossible honnêtement de répondre, je me suis fixé une contrainte: avoir vu ces musiciens en concert.
    Je peaufine et je poste ça plus tard.

    8
    Eddy Cordy
    Mercredi 8 Juin 2011 à 23:50

    - Batterie: Josh Freese (belle brute, NIN), Jerome Dillon (putain Hurt à l'Astoria, NIN encore), Ilan Rubin (petit con, vrai talent, NIN toujours), Jeremy Barnes (Neutral Milk Hotel mais je ne l'ai vu sur scène qu'avec A Hawk and a Hacksaw, en attendant décembre, qui sait), Eric Harris (Olivia Tremor Control et Elf Power), Peter Prescott (Mission of Burma), Ryan Lewis (basique mais jouissif, Grape Soda), Jimmy Chamberlin (Smashing Pumpkins, même si le seul concert des SP n'est pas un souvenir mémorable et si je n'ai aucun souvenir de celui de Zwan)

    - Guitare: Robin Finck (folie et coupe de cheveux, NIN), Neil Young (je ne l'ai jamais vu avec une électrique mais il fait sonner ses Martin comme personne), Mike McCready (premières amours, Pearl Jam), Bryan Poole (la classe, of Montreal)

    - Basse: John Fernandes (OTC, Circulatory System, tous les groupes d'Athens ou presque), Davey Pierce (of Montreal), Brian Wilson (ou plutôt, si je trichais, Carol Kaye)

    - Clavier: Alessandro Cortini (The Hand that Feeds, NIN), Matt Lewis (j'adore le son de son orgue en plus, Grape Soda), Peter Erchick (OTC, Pipes You See, Pipes You Don't, mais en vrai c'est pas un très bon claviériste)

    - Chant: Trent Reznor (évidemment, NIN), Chris Ziter (j'adore sa voix et ce type est sympa, The Essex Green), Brian Wilson, Stephin Merritt (voir plus haut, The Magnetic Fields)

    9
    Eddy Cordy
    Jeudi 9 Juin 2011 à 00:05

    Mais parce qu'il faut jamais que je fasse comme tout le monde, et que je ne conçois qu'assez rarement qu'un groupe se limite à ces 5 instruments:


    - Clarinette: John Fernandes (il est partout et il joue de tout magnifiquement)

    - Flûte traversière: Sasha Bell (aaah, Mrs Bean, The Essex Green)

    - Euphonium: Scott Spillane (barbe extraordinaire, NMH, The Gerbils)

    - Trompette: Joe Terry (bassiste de Poison Control Center)

    - Autoharp: Shirley Simms (j'ai jamais vu personne d'autre en jouer de toute façon, The Magnetic Fields)

    - Ukulele: Stephin Merritt (il en joue sur une chanson sur trois des Magnetic Fields)

    - Violoncelle: Heather McIntosh (ses reprises de Joy Division et elle joue sur à peu près tous les disques que je possède, The Instruments)

    - Violon: Heather Trost (en disque c'est pas toujours passionnant mais sur scène, quel plaisir, A Hawk and a Hacksaw), John Fernandes (je vous l'ai dit, partout)

    - Banjo: Robin Finck (yeah, voir plus haut)

    - Accordéon: Jeremy Barnes (il en joue en même temps que de la batterie sur scène, A Hawk and a Hacksaw)

    - Theremine: Eric Harris (il en faut, OTC)

    - Scie musicale: Julian Koster (il en faut pas toujours sauf quand c'est bien fait, NMH)

    - Melodica et zanzitophone: Laura carter (Elf Power)

    - Guitare 12 cordes: Andrew Rieger (Elf Power)

    - Présence Scénique: Patrick Tape Fleming et Devin Frank ex aequo (galipettes et cabrioles en tout genre, Poison Control Center)

    - Vibraphone: Trent Reznor (héhé)

    - Mbira/sanza/kalimba (mais si, le piano à pouces): Trent Reznor (à la fin de Piggy sur scène mais pas toujours)

    - Tambourin: Trent Reznor (mal si je me souviens bien)

    10
    Bul
    Jeudi 9 Juin 2011 à 10:55

    ah oui ça étale la confiture ici !

    11
    Eddy Cordy
    Jeudi 9 Juin 2011 à 12:59

    Ça me donne faim.

    12
    Jeudi 9 Juin 2011 à 21:46

    @ Bul : ben attends, on va pas faire semblant d'être cons quand même !

    13
    Eddy Cordy
    Vendredi 10 Juin 2011 à 11:15

    On pourrait, mais quel boulot ce serait.

    14
    Eddy Cordy
    Samedi 11 Juin 2011 à 00:22

    Bon Peps, on attend toujours hein. 

    15
    Samedi 11 Juin 2011 à 11:28

    Bon allez, je me lance :

    Gratteux : Serge Teyssot-Gay, de Noir Désir.

    Bassiste : Les Claypool, de Primus

    Batteur : Todd Trainer, de Shellac

    Chanteur ou teuse : PJ Harvey

     

    Et moi au moins j'ai fait une vraie sélection drastique. Toc.
    Et ça fait un vrai groupe de 4, pas un étalage improbable. Re-Toc.

    16
    Eddy Cordy
    Samedi 11 Juin 2011 à 21:58

    Improbable toi-même si je puis me permettre cette répartie sanglante.

    17
    Charlie Brown Profil de Charlie Brown
    Lundi 13 Juin 2011 à 23:30

    Le concept des 69 chansons est intéressant, mais je ne pense pas que je pourrais faire le même effort que toi...

    Quant à ton ressenti en un mot, j'avoue qu'enchaîner Cheerleader, Sadisme et Gospel, ça mérite d'être creusé...

     

    En ce qui concerne l'exercice de gastfrench, quand j'avais 20 ans, j'aurais dit presque sans hésiter :

    Guitare : David Gilmour ou Jimi Hendrix ou Frank Zappa

    Basse : John Entwistle ou Paul McCartney

    Batterie : je me foutais carrément des batteurs mais bon, j'avais été scotché par une prestation de Keith Moon, alors va pour Keith Moon... ou Robert Wyatt

    Claviers : Ray Manzarek ou Richard Davies ou Richard Wright

    Chant : Kate Bush

     

    Mais 20 plus tard, je dirais :

    Claviers : Herbie Hancock et Oscar Peterson

    Contrebasse : Charlie Mingus

    Batterie : Art Blakey

    Vibraphone : Milt Jackson

    Chant : Ella Fitzgerald

    18
    Mardi 14 Juin 2011 à 08:13

    C'est fou ce  que t'as vieilli, en 20 ans !

    19
    Gastfrench
    Mardi 14 Juin 2011 à 17:30
    Oui même les instruments sont plus vieux. Non mais contrebasse, sérieusement.
    20
    Charlie Brown Profil de Charlie Brown
    Mercredi 15 Juin 2011 à 22:53

    Mécréants !

    Et putain ouais, contrebasse quoi ! Faudra que je vous poste du Charles Mingus un de ces quatre, histoire que vous chialiez (c'est pas facile à dire ça) votre race !

    21
    Mercredi 15 Juin 2011 à 23:03

    Nan mais moi j'aime bien la contrebasse, hein !

    Et j'aime aussi beaucoup la vielle à roue, alors bon.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :