• Blaise' s track # 01 - Gurrelieder (Orchestral Prelude)

     

     Dans l' optique d' élargir son lectorat et à seule fin d’ attirer sur lui l’ attention des publicitaires pour que son hébergeur lui octroie une bannière publicitaire rémunératrice de son travail, Peps m' a demander de me lancer (gracieusement bien entendu. L' argent de la pub, il se le gardera pour lui.) dans l' aventure de la Tracklist de ma Life à moi, axée principalement, du moins le souhaite-t' il, sur la "Grande Musique", la "Musique Savante" ou plus communément appelée la "Musique Classique" mais c' est idiot puisque la musique dite "Classique" est un sous-genre à part entière se situant plus ou moins entre Christoph Willibald von Gluck (1714 - 1787) et Niccolo Paganini (1782 - 1840) alors que ce que l' on considère à tort de nos jours comme "Musique Classique" démarre depuis le "Baroque", et même pour certains depuis la "Renaissance", voire plus loin encore: depuis la "Musique Ancienne" appelée aussi "Musique Médiévale" (encore avant, laissez tomber. C' est des primates !) jusqu' à aujourd' hui, c' est à dire: la "Musique Contemporaine" des gens encore vivants... ou presque... ou pas.

     Tâche ardue mais soit, elle est honorable donc je m' y colle. Avant tout, un peu d' histoire. Oui je sais, je viens succinctement de le faire dans ce qui me sert d’ introduction et qui n' est là que pour broder. Mais maintenant, je veux parler de mon histoire à moi. C' est à dire la mienne d' histoire, sans ça j' aurai mis un H majuscule si j’ avais tenu à parler d’ Histoire.

     Mon histoire à moi parce que contrairement à ce que cette brève entrée en matière pourrait laisser croire, je ne viens pas du Classique. Je n' en écoute pas depuis ma tendre enfance choyée et aimée. Mes parents, de braves gens cependant, sont à peu de chose près encore plus barbares en matière artistique et culturelle de toutes natures que je ne suis spécialiste en Tour de France Cycliste, par exemple. J' en veux pour preuve que mon brave homme de père ne connait même pas Karajan de nom alors que moi, je sais qui est Poulidor.

     Une première approche vers le Classique avait été tenté il y a une bonne vingtaine d’ année maintenant. Sans coup de foudre mais sans déplaisir non plus. Le bénéfice de cette tentative m’ ayant surtout permis de découvrir Léo Ferré et les albums de la période "Orchestre Symphonique de Milan" ce qui n’ était donc pas une perte de temps, vous en conviendrez aisément j’ en suis hautement convaincu.

     Non, le Classique, ça m' est réellement venu il y a une petite dizaine d' années, après en avoir eut un peu ras le bol des grattes, des batteries, des synthés, des morceaux ne dépassant pas les cinq ou six minutes, dix maximum (encore un peu plus avec le Prog, c' est vrai !) et recherchant quelque chose de plus élaboré qui ne dit pas tout à la première écoute. Zappa surtout, qui était intarissable d' éloges pour Stavinsky, Bartok, Varèse ou Messiaen, fut le déclencheur de cela.

     C' est donc avec beaucoup de courage, un courage immense, que je me mis à fouiller les médiathèques parisiennes à la recherche de ce qui pourrait faire mon bonheur. Avec courage oui, car il en faut quand on vient du rock pour ramener chez soi des disques sous pochette telle que --> http://hpics.li/a7bce7f   ou bien --> http://hpics.li/5951d8b   ou même --> http://hpics.li/bc5a4ac  

     Bref, vous l' aurez compris, la dérision, c' est pas leur fort à ses messieurs du monde du Classique. Et c' est pas fini car quand ils veulent rajeunir leur image, faire "dans le vent" et bien ça donne ça --> http://hpics.li/7f6e4a1  ou encore ça --> http://hpics.li/ed681ac  Après quand les commerciaux s' en mêlent et veulent perfidement attirer une clientèle plutôt masculine, on a droit à ça --> http://hpics.li/78455b5   ou à ça --> http://hpics.li/c8c0c6d  Et certaines chanteuses lyriques savent très bien (surtout quand on s' appelle Bonney !) mettre toutes leurs qualités de gorge en avant --> http://hpics.li/cba5a8b  Et bien entendu, les filles ne sont pas ignorées  dans cette guerre de la consommation puisqu' on leur offre --> http://hpics.li/20f9fe0  et même --> http://hpics.li/63941cd   Mais sachons faire preuve de mansuétude, la tâche est parfois ingrate pour ces malheureux graphistes. Ils font ce qu' ils peuvent, bien sûr... et à l' impossible, nous savons bien que nul n' est tenu --> http://hpics.li/db8dca0   Il y a quand même parfois (ou il y avait ?) une sorte de second degré assumé qui fonctionne bien et apporte une note de fantaisie toute bienvenue dans ce monde si sérieux. Ici, le classique se la joue élégamment Pop 60's, façon Star Trek --> http://hpics.li/da81f9c  et je précise que je suis à la recherche de cette galette et pas uniquement parce qu’ on voit la culotte. Si quelqu' un me la trouve (mais non, pas la culotte !), je la prends ! (mais non, pas la fille à la culotte !)

    Mais trêve de tergiversation, assez de pochettes, le contenu uniquement étant important, concluons à présent cette première approche de cet Art aussi vaste qu' enrichissant.

    Ecoutez attentivement l' extrait que je vous propose, vous verrez, c' est vachement bien, beau, délicat, raffiné... ! J’ en cause ici brièvement mais efficacement dans les commentaires -->  http://peps.id.st/extra-track-05-what-a-wonderful-world-a3658997   sorte de pré-chronique dont on pourrait du coup attribuer le N° #0 puisque celle-ci porte le N°#01.

      

    Soundtrack of your life

     

     

     La prochaine chronique, si on me le réclame, traitera des douloureux problèmes que comportent la transcription et l' éxécution pianistique du célèbre "Accordéon Bien Tempéré" de J.S Bach.

    « Charlie's track #02 - Baby NightBlaise’s track #02 - A Love Supreme (Part IV: Psalm) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Charlie Brown Profil de Charlie Brown
    Lundi 13 Juin 2011 à 17:06

    Ah ! Mon cher Blaise (je n'avais pas vu que tu avais posté ta première chronique au moment où je rédigeais ma seconde... Mes désoles, donc), cette collection de pochettes a fait ma journée. La photo du dénomé Werner Bärtschi m'a réjoui au plus haut point, ainsi que celle de The Planets  (et pas que pour la culotte et la fille dans icelle... quoique...)

    Merci aussi pour les succintes mises au point historiques (je m'endormirai un peu moins con ce soir) et pour ce morceau de Schoenberg, qui, ma foi, m'a bien plu.

    Quant à ton Karajan/Poulidor de toute beauté desprogienne, j'en ri encore.

    On va donc dire que je suis au moins un à te réclamer pour une seconde chronique.

    2
    Lundi 13 Juin 2011 à 18:23

    Blaise, toi tu tapes toput de suite dans le racoleur, hein !

    Des pochettes avec des femmes nues, des torses de mâle pour le public homosexuel (oui, les femmes ne s'intéressent pas à la musique, alors malheureusement elles ne nous lisent pas. Oui je sais. C'est triste. Alors que pourtant, on peut facilement écouter de la musique en faisant la vaisselle. Donc bon, je pense qu'il peut se rendre à l'évidence : la femme n'a pas été créée pour écouter de la musique. Sauf la mienne, évidemment) : très bon ça pour l'audimat ! D'ailleurs aujourd'hui on vient de péter le nombre de pages vues : 290 !
    Bientôt la pub, la richesse, et la rolex !

     

    Poulidor, c'est bien une maison de disque, hein ?

     

    Vivement la deuxième, hein !

    Et pas obligé classique ; maintenant que t'as les clés, tu fais bien ce que tu veux !

    3
    Blaise P. Profil de Blaise P.
    Lundi 13 Juin 2011 à 20:00

    Oui, c' est bien une maison de disque. On reconnait bien le fan de Renaud en toi !

    La mienne de femme aime beaucoup la musique aussi: Bjork, Suede, Brahms, Bach, Paul Anka, Barry White, Tom Jones, Nick Cave, Brel, Ferré... Elle m' a même accompagné à un concert d' Einstürzende Neubauten et en est ressortie en ayant beaucoup aimé.

    Quant au nombre de pages lues, t' affole pas, j' ai bien dû passer à peu près 287 fois pour voir si j' avais un commentaire.

     

    4
    Blaise P. Profil de Blaise P.
    Lundi 13 Juin 2011 à 20:06

    Ah, mon cher Charlie, je t' avouerai que je ne suis pas trop surpris d' apprendre que tu trouves la fille (celle qui est dans sa culotte) à ton goût. Et ce bon Werner, si je le croise un jour, je ne manquerai pas de lui payer un coup et de t' inviter à boire à notre tonneau.

    5
    Eddy Cordy
    Lundi 13 Juin 2011 à 21:28

    Putain le repaire de vieux croulants que ça devient ici.
    Je croyais pas le dire un jour mais vivement que Peps nous parle de sa musique parce qu'avec l'arrivée de Statler et Waldorf, ça va pas le faire.
    Rassurez-moi vous n'êtes pas incontinents? Vous allez pouvoir vous retenir quelques jours entre chaque chronique?

     

    6
    Blaise P. Profil de Blaise P.
    Lundi 13 Juin 2011 à 22:15

    Ah t' en es resté là, toi ?

    Ben quand t' auras passé ta crise d' ado, on en reparlera.

    7
    Eddy Cordy
    Lundi 13 Juin 2011 à 22:38

    Pardon j'ai oublié: bienvenue quand même. Toutes mes confuses hein fieu.

    8
    Charlie Brown Profil de Charlie Brown
    Lundi 13 Juin 2011 à 23:46

    Les deux vieux du balcon, c'est la classe !

    Eddy, j'ai bien ri. Et je comptais laisser passer pas mal de temps entre ma chronique d'aujourd'hui et la prochaine (aujourd'hui, j'avais le temps et ça m'a pris comme une envie de chier ! C'est le cas de le dire...), mais devant tant d'enthousiasme de ta part, je sens que je vais écourter mon délai...

    9
    Eddy Cordy
    Mardi 14 Juin 2011 à 00:35

    J'avoue humblement (haha) qu'avant d'entendre le brillant morceau posté ici, tout ce que je savais de Schoenberg me venait de Desproges. Je retranscris ces citations de Desproges parce qu'on n'en a jamais assez:

    "L’une des formes les plus classiques du snobisme commun consiste à aimer Schönberg. Aux premiers accents atonalitiques du tintamarre dodécaphonique de ce petit pianoteur viennois, le malade ne peut se retenir de se prendre la tête à deux mains en soupirant avec intelligence, comme s’il écoutait de la musique. À la phase finale de la maladie, il peut même arriver que le snob schönbergien aime Schönberg mais pas tout."

    Ou:
    "
    Les deux caractéristiques essentielles de l'Anglais sont l'humour et le gazon. Sans humour et sans gazon, l'Anglais s'étiole et se fane, et devient creux comme un cencerto de Schönberg, je pense notamment à ses quatuors à cordes dont l'atonalité fondée sur la méthode sérielle nous brise les couilles." (On en revient aux couilles donc.)

    Ou encore:
    "Adieu. Je quitte cette terre ingrate. Je ne pouvais plus supporter ma douleur, ni le concerto en Fa de Schönberg, ni les défaites répétées de Saint-Etienne." (On en revient à Saint-Etienne.)

    10
    Mardi 14 Juin 2011 à 08:16

    Hé hé hé !

    Tu me donnerais presque envie d'ouvrir une rubrique "sketch of my life", ou un truc tout aussi con !

    Mais j'ai très peur de ce que pourraient poster les vieux du Muppet !

    11
    Blaise P. Profil de Blaise P.
    Mardi 14 Juin 2011 à 10:34

    Desproges faisait surtout allusion aux compositions les plus "ardues", celles où on pourrait dire que la théorie prenait le dessus sur l' émotion. (et encore, perso je suis pas tout à fait d' accord avec ça, on est en pleine période Expressionisme, le joli et l' agréable on s' en tape un peu à l' époque !) On peut situer ça chez Schoenberg à partir de l' opus 21 ce qui donc  laisse beaucoup d' oeuvres encore "écoutables", qui est le fameux  "Pierrot Lunaire" et dont les textes sont d' un compatriote à toi, fieu !


    "La Nuit Transfigurée" par exemple est une oeuvre très abordable, pas encore dotée des principes de composition de laboratoire qui faisaient bondir Desproges. 


    Et d' Alban Berg, son disciple, le Concerto pour Violon sous-titré "A la mémoire d' un ange"  bien que respectant les principes de l' atonalité, est très lyrique, très expressif, l' émotion est présente et c' est vraiment tres beau. (mais bon, c' est écrit en hommage à la mort d' une fille de siens amis, fallait pas trop jouer au con non plus !)


    Je vous fous pas de liens, hein... la flemme et ceux que ça interresse se démerderont bien !

    12
    Eddy Cordy
    Mardi 14 Juin 2011 à 13:02

    T'inquiète Blaise, j'avais remarqué. C'est effectivement tout à fait écoutable le morceau que tu as posté ici. Mais je ne me risquerai pas à écouter ses oeuvres plus ardues, de peur d'en tomber follement amoureux. Je me (com)plais trop dans mon petit monde pop indé pour ça.

    13
    Blaise P. Profil de Blaise P.
    Mardi 14 Juin 2011 à 21:56

    Nan mais tu fais bien comme tu veux et ça me va comme ça. On n' est pas des missionnaires de la musique qui voulons la faire rentrer dans la caboche des autres à grands coups de marteau (sans maître). On propose, les autres disposent et point.

    14
    Mardi 14 Juin 2011 à 22:56

    Ouais, et puis la position du missionnaire c'est quand même pas la plus facile pour faire rentrer des trucs dans la caboche.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :